DÉCRYPTAGE : Polémique ZEMMOUR, 2 ans déjà !

L’incitation à la haine ne peut se revêtir des habits de la liberté d’expression !

743

Janvier 2015, La visite du polémiste français jouissant d’une large plateforme médiatique, M. Éric Zemmour, au Cercle de Lorraine, au B19 Country Club et à la librairie Filigranes avait fait couler beaucoup d’encre sur la limite difficile à établir entre liberté d’expression et incitation à la haine.

Le Collectif Contre l’Islamophobie en Belgique (CCIB) a été le lanceur d’alerte, contactant à la fois les organisateurs et les Bourgmestres Yvan Mayeur et Armand De Decker, pour les informer des condamnations[1] contre M. Zemmour pour incitation à la haine dont il avait fait l’objet et de la plainte en cours. Cette dernière portait justement sur la manière très zemmourienne d’évoquer la « déportation » des populations musulmanes de France dans le journal italien Corriere della Sierra.

Un an après, en 2015, la décision de justice est tombée en leur donnant raison : M. Zemmour fut condamné à 3000 euros pour provocation à la haine contre les musulmans. Et la Cour d’appel de Paris, saisie par le polémiste entêté, a confirmé la condamnation et la sanction en novembre 2016. Dans une France marquée encore par les attentats contre Charlie Hebdo, contre l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes et ceux du 13 novembre dernier à Paris, cette décision est tout sauf anodine. Une ligne rouge avait été franchie, et Dominique Sopo, avocat de SOS Racisme, s’est félicité que la justice ait rappelé que « la liberté d’expression » n’est pas « la liberté de propager la haine ».

Bien qu’à l’époque, certains ont tenté de présenter notre démarche comme étant de la censure, voire une manière d’empêcher toute critique de l’islam, ce ne fut pas le cas. L’islam, ainsi que les musulmans sont largement critiqués dans les médias, parfois de manière pertinente et de « bonne foi », parfois de manière délibérément hostile et haineuse.

Trois enjeux de société se dégagent à la lumière de ses événements :

  1. Premièrement, il est des propos extrêmement graves qui peuvent être dits avec l’apparence de la banalité, mais qui sont lourds de conséquences dans les fondements qui les justifient. Comment notre société aurait-elle réagi si M. Zemmour avait parlé ainsi des populations « homosexuelles », « noires », « avec un handicap » ou des populations « juives » ? Ce test de permutation permettant de voir l’effet produit par un propos interpellant en effectuant un remplacement de groupes cibles permet de mieux comprendre l’impact et la gravité de ce dernier.

Il est urgent d’avoir un débat public sur l’incapacité dans notre société à prendre des sanctions identiques pour des situations similairement scandaleuses. Sans tomber dans la concurrence victimaire, c’est précisément ce « deux poids, deux mesures » que dénoncent de nombreux citoyens, face à l’embarras trouble dans ce cas-ci des organisateurs et de certains élus. Or, ces dérives mettent précisément en péril l’État de droit et la justice. La lutte contre l’islamophobie ne fait pas aujourd’hui l’objet de la même attention que la lutte contre les autres formes spécifiques de la haine et du rejet des autres, à quelques exceptions près[2]. À titre d’exemple, saluons les propos du Professeur François Gemenne qui a dénoncé, dans la foulée de la venue de M. Zemmour, l’organisation en Belgique de « la tournée promotionnelle d’un facho »[3].

  1. Dans la lutte active contre la haine, le politique a un rôle à jouer. À cette époque, il n’en fut rien ! Rappelons les propos de nos élus dans le cadre de la venue de M. Zemmour pour comprendre l’ampleur du travail restant pour faire reculer la haine dans notre pays. Le Bourgmestre d’Uccle, M. Armand De Decker, avait dit dans Le Soir du 22 décembre 2014 : « Un journaliste ne lance pas n’importe quoi sans raison », justifiant quasi à mots couverts les propos, sinon la venue du polémiste. Suite à la décision de justice condamnant M. Zemmour, M. De Decker, par ailleurs avocat de profession, tiendrait-il aujourd’hui les mêmes propos ?

Plus prudent, M. Yvan Mayeur, Bourgmestre de Bruxelles-Ville, s’est attaché à un discours de principe pour mieux se taire sur le fond de la question : « Je suis hostile à la censure et suis un fervent défenseur de la liberté d’expression. Mais si cette expression amène à la haine de l’autre, c’est différent. Dans notre législation, le racisme et l’antisémitisme sont des délits punis par la loi. Quelqu’un qui véhicule la haine de l’autre n’est pas le bienvenu chez nous ». À la lumière des derniers jugements condamnant M. Zemmour entre temps, le Bourgmestre Mayeur connaît aujourd’hui la réponse à son interrogation. Reste à savoir s’il autorisera la prochaine prise de parole de M. Zemmour sur le sol bruxellois de sa commune.

  1. Troisièmement, comment accorder le bénéfice du doute ou encore le crédit de la bonne foi à un récidiviste ? On ne pourrait interdire la prise de parole d’une personne sous prétexte qu’on lui supputerait un dérapage qu’il n’a pas (encore) commis. Mais pour les récidivistes, c’est différent. Sans tomber dans la censure a priori, comment anticiper les dérapages et ne plus offrir de tribune à des personnes dont on sait sciemment aujourd’hui qu’ils sont de nature à tenir des propos incitant à la haine et donc en infraction à la loi ?

Les réactions légitimes et les émotions suscitées par leurs propos choquants sont de nature à en augmenter la portée, ce qui est contre-productif. D’ailleurs, dénoncer ces propos une fois le mal fait, revient à en faire la promotion et les interdire amène à mettre en place une forme de la censure. Le dilemme est bien là et c’est précisément la responsabilité des organisateurs de peser les conséquences d’une telle décision. La condamnation récente en Belgique des propos de Dieudonné pour incitation à la haine raciale ou à la violence à l’encontre des personnes handicapées, des homosexuels et de la communauté juive n’a pu être reconnue comme un délit qu’une fois le propos enregistré comme preuve ; preuve dont on était en droit de soupçonner l’existence puisque son spectacle avait déjà eu lieu à d’autres endroits. Et certains prêcheurs commettent des délits répétés avec une audience qui dépasse le cadre d’une salle de spectacle.

En conclusion, la liberté d’expression doit rester notre bien commun, à préserver, à exercer, à enseigner dans un État de droit. Le CCIB reste profondément attaché à la liberté d’expression, à son exercice et à sa diffusion qui inclut le fait de tenir « des propos qui heurtent, choquent ou inquiètent », comme rappelée par une décision de la Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH). Cette tension doit être supportable dans notre démocratie et notre société où la liberté d’expression inclut le fait d’exprimer en retour sa désapprobation, voire aussi de contre argumenter.

Mais face aux inégalités dans l’accès aux médias des différentes parties en présence, face aux situations de crises profondes dans lesquels se trouvent nos sociétés, face à la fragilisation de notre cohésion sociale, voire de la menace terroriste qui ajoute de la peur et du rejet, notre vigilance quant aux dérapages et aux transgressions de la loi doit être renouvelée pour dénoncer les dérives racistes et xénophobes de certains prêcheurs de haine qui usent et abusent de la liberté d’expression. Il faut continuer pour cela à éduquer sans relâche pour mieux définir de manière collective et à l’issue de débats démocratiques ce qui est acceptable ou pas, condamnable ou pas, défendable ou pas. « L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde » comme le disait Nelson Mandela qui a mené une vie de combat pour la liberté.

Pour lire notre rapport publié en 2014 suite à la venue d’Eric Zemmour, cliquez ici

Un Article de Hajib EL HAJJAJI et Mohamed SENHADJI.

 

[1] Condamnation pour provocation à la haine raciale par le Tribunal correctionnel de Paris le 18 février 2011 ; condamnation pour justification d’une pratique discriminatoire illégale pour des propos tenus en mars 2010 : « Les employeurs ont le droit de refuser des Arabes et des Noirs ».

[2] Notons ce passage dans la Déclaration du gouvernement bruxellois : « Notre Région ne peut en aucun cas tolérer sur son territoire des quelconques expressions de racisme, d’islamophobie, d’antisémitisme ou de xénophobie ». La déclaration du gouvernement wallon n’a pas eu le même souci de préciser l’islamophobie comme forme spécifique de la xénophobie. L’islamophobie s’arrête-t-elle aux frontières de la Région Bruxelles-Capitale ?

[3] Françoise Gemenne, “Filigranes est-il encore le nom d’une librairie ?” Revue Nouvelle, 24 décembre 2014.