Propos d’Yvan Mayeur incitant à la haine : M. Di Rupo, que faut-il de plus pour sanctionner ?

0
2171

« Toutes les mosquées sont entre les mains des salafistes ». Alors même que nous sortons des commémorations du 22 mars appelant au respect et au refus des amalgames, ces propos n’ont pas été prononcés par l’extrême droite, mais bien par un des hauts représentants d’un parti démocratique de gauche, le Bourgmestre Yvan Mayeur.

Ces propos sont très graves, manifestement faux et profondément inacceptables dans la bouche d’un représentant politique d’une ville cosmopolite comme Bruxelles. La liberté d’expression n’autorise pas à diffamer, ni à contribuer à un climat hostile ou à inciter à la haine ou au rejet d’un groupe, d’une communauté ou de leurs membres, en raison de l’un des critères protégés (leur confession religieuse).

Par ces propos, dont Monsieur Mayeur doit savoir qu’ils sont tout à fait contraires à la réalité, il tend à convaincre l’opinion publique que toutes les mosquées et pour ainsi dire tous les musulmans qui les fréquentent sont acquis aux salafistes. Avec cet amalgame invraisemblable que même l’extrême droite n’ose pas mettre en avant, Monsieur Mayeur a manifestement franchi la ligne rouge qui devrait logiquement faire l’objet d’une sanction. Il faut rappeler avec force que le racisme et l’incitation à la haine et à l’hostilité à l’égard d’un groupe ne sont pas des opinions, mais constituent bien un délit.

Ces propos feront l’objet d’un signalement auprès d’Unia et le Collectif Contre l’Islamophobie en Belgique (CCIB) examine la possibilité de déposer une plainte devant les juridictions compétentes si des excuses claires ne sont pas adressées rapidement et publiquement. Les contournements de Monsieur Mayeur sur La Première et dans La Libre visant à atténuer ses déclarations ne suffisent pas ; il ferait mieux de reconnaître son erreur. C’est aussi cela, la responsabilité politique.

Au-delà des propos xénophobes et/ou islamophobes récurrents prononcés par différents élus dans notre pays, c’est bien sur la fréquence de ces déclarations politiques outrancières qu’il convient de réfléchir. Comment se sentir appartenir à une commune quand votre Bourgmestre vous stigmatise par le simple fait que vous fréquentiez certains lieux, rendant chaque musulman soit complice, soit indifférent à une « menace » ? Puisque Monsieur Mayeur affirme lui-même fréquenter les mosquées, est-il aussi complice de ses salafistes ? Et comment la Sûreté de l’État, qui intervient dans le processus de reconnaissance des mosquées officielles, a-t-elle pu laisser faire ? Ces questions montrent l’étendue des inepties de Monsieur Mayeur. Notre société mérite mieux que des politiciens polémistes qui font la une des journaux au lieu de construire et d’apporter des solutions à tous les citoyens sans les opposer ou les monter les uns contre les autres.

Enfin, et puisqu’il faut mettre un terme à ses dérives qui alimentent la xénophobie, l’islamophobie et les peurs, Monsieur Elio Di Rupo avait affirmé dans la Libre en septembre 2015, à l’occasion de dérapages xénophobes de certains membres de son parti : « Certains tiennent sans complexe des propos antisémites, homophobes, islamophobes. Face à ça, on doit se montrer extrêmement strict. Répandre des paroles racistes, cela ne relève pas de la liberté d’expression, c’est un acte illégal ! (…) Ce qui est clair, c’est qu’il n’y a pas de place au PS pour des personnes qui s’exprimeraient de manière raciste, antisémite, homophobe ou islamophobe. » Le Collectif Contre l’Islamophobie en Belgique (CCIB) interpelle donc Monsieur Di Rupo pour qu’il joigne le geste à la parole… en toute cohérence avec ses propres déclarations.

Personne de contact : M. Chairi – 0484057977 – contact@islamophobia.be