Créé en septembre 2014, le CCIB est une association sans but lucratif (asbl) constituée par des militants antiracistes expérimentés. Il serait plus juste d’utiliser le terme de militantes étant donné que notre association est majoritairement constituée de femmes qui sont les premières victimes de l’islamophobie, comme de toutes les discriminations d’ailleurs.
Le CCIB est une association antiraciste, pluraliste, non-confessionnelle, non-communautaire et non-partisane.
Notre association agit en Belgique, et ce dans les trois régions du pays, Wallonie, Flandre et Bruxelles-Capitale.
Dans le cadre de la lutte contre l’islamophobie, nous souhaitons être actifs dans l’organisation de formations, de conférences, de colloques, de campagnes d’informations, de manifestations et de tout autre événement qui contribue à sensibiliser nos concitoyens à cette forme spécifique de racisme et aux différentes manières de la combattre.

– L’assistance et l’accompagnement des victimes, notamment vers des organisations de défense des droits fondamentaux, constituent notre principale mission
L’organisation de formations, de conférences, de colloques, de campagnes d’informations, de manifestations et de tout autre événement qui contribue à sensibiliser à cette forme spécifique de racisme et aux différentes manières de combattre l’islamophobie.
Le développement d’outils d’interventions pédagogiques et éducatives, de documentation et de recherche.

La lutte contre l’Islamophobie est donc primordiale, titanesque. Au regard des douloureuses réalités, le CCIB sur base de ses moyens humains ainsi que de la volonté de ses membres, a défini un périmètre d’actions avec 3 objectifs stratégiques.

– Le premier objectif est une lutte plus effective contre l’islamophobie par une meilleure application de la loi qui réprime le racisme et les discriminations,

– Le deuxième objectif est le monitoring de discriminations islamophobes afin de permettre de mener des politiques antiracistes plus efficaces.

– Enfin, le troisième objectif, et non pas des moindres, c’est l’accès libre des belgo-musulmanes,en ce compris celles qui choisissent de porter un foulard, aux établissements de l’enseignement supérieur et de promotion sociale, ainsi que dans le monde du travail. Nous sommes unanimes à dire que l’éducation et l’emploi sont deux vecteurs universellement reconnus comme émancipateurs, et nous souhaitons que toute femme majeure puisse donner à sa vie le contenu qu’elle souhaite.

Écoute des victimes :

Il est nécessaire que la personne victime d’un acte islamophobe puisse bénéficier d’un encadrement adéquat, c’est pour cette raison que le CCIB a mis en place un réseau de soutien aux victimes afin de rassurer les victimes et leur apporter assistance et confiance en soi.

Gestion des plaintes :

Le CCIB assure le traitement des plaintes. À cette fin, il a mis en place un processus qui se structure en plusieurs étapes et qui respecte la confidentialité des données traitées. Le processus mis en place garantit que la victime soit partie prenante dans le processus de résolution du conflit.